Actualités

  • ADAM…

    Vous l’avez probablement déjà remarqué dans un précédent numéro de votre revue Le Fil Blanc.

    Réalisé par Gaëlle dont la créativité n’est plus à démontrer, le voici installé au dos d’une chemise de jean.
    Détail.

    Plus vrai que nature, notamment grâce à ce regard particulièrement parlant !

    Une bien jolie et originale idée, parfaitement dans le thème de notre très prochain
    Salon National du Boutis : le boutis dans le vêtement.

    Retrouvons-nous les 26, 27 et 28 mai, espace Saint Exupéry à
    Caissargues.

  • Boutis 1er

    Un premier boutis réalisé il y a seulement deux ans.

    Ce premier ouvrage ne semble pas présenter de défauts visibles.

    Le point de piqûre est réalisé avec beaucoup de régularité, notamment dans les “tortillons” qui ne doivent pas être qu’un régal à piquer et à mettre en relief…

    La bordure au point de feston est également exécutée avec une visible dextérité.
    Un bien bel ouvrage que ce Boutis 1er.

    C’est à se demander comment sont ses boutis après deux ans d’exercice ?!

    Félicitations Véronique. Des photos s’il vous plaît !!!

  • Boutis 1er

    Celui-ci est le Boutis 1er d’Anne-Marie qu’elle a réalisé en 2009. Ses cours d’initiation ayant été réduits au minimum, elle a appris sur le tas, en se renseignant ici ou là, en écoutant les unes et les autres, en fréquentant notamment notre salon de Caissargues (cette année les 26, 27 et 28 mai 2022) ou encore celui Pierrefeu du Var.

    Anne-Marie elle-même nous signale le défaut principal de son ouvrage : quelques ” boufigues” dues à un défaut au moment du piquage. Les deux batistes n’ont pas été attrapées entre deux tuyaux.

    Il s’agit là souvent d’un défaut de débutante veillant tellement à la régularité de ses points que le reste passe à la trappe.

    Peu satisfaite de son point de feston, elle l’a fait deux fois !

    Nous avons vu récemment le dernier boutis d’Anne-Marie puisque nous l’avons publié sous le nom de “La guirlande de grenades”.

    Nous sommes toujours enchantées de recevoir vos photos, Mesdames (celles des Messieurs aussi d’ailleurs…) et nous vous invitons à continuer à nous faire parvenir toutes celles qui vous plairont. Merci d’avance !

  • Merci !

    Pas d’autre mot pour saluer la très fine équipe du superbe salon
    Pour l’amour du fil


    qui a reçu notre équipe avec tellement de chaleur et de sollicitude.

    Petits soins, prévenance, bonne humeur, rien n’a manqué pour que notre salon se passe au mieux.

    Les organisateurs ont d’ailleurs été grandement récompensé de leurs efforts par l’affluence qui ne s’est pas démentie tout au long de ces belles journées de partage et de créativité.

    A la prochaine !

  • Reparlons Salon

    Reparlons Salon pour vous rappeler que le
    5ème Salon National du Boutis


    organisé par France Boutis, recevra cette année quelques partenaires que vous serez heureux de retrouver parmi nos exposants nationaux et plus !

    Préparez vos cartes bleues et vos pieds, il y aura de quoi faire pour tout le monde !

    L’impatience de vous retrouver grandit au sein de notre équipe déjà en pleine préparation. Nous avons commandé le soleil, les sourires et la bonne humeur seront à votre disposition !

  • Le défi 54

    C’est avec grand plaisir que nous recevons des nouvelles de vos défis. Elles nous font part de votre créativité et vos interprétations nous épatent souvent.

    Voyons ce que Myriam a fait du défi 54 proposé par Elizabeth Janzen, une de nos adhérentes canadiennes.

    Vous vous souvenez peut-être de quelques étapes préparatrices que nous vous rappelons ci-dessous.

    Fil de piqûre bleu et mise en relief en blanc. Un agréable contraste.

    Un bien joli résultat pour ce travail tout en courbes et en volutes. Tout ce que nous aimons !

    Merci Myriam de ce nouveau partage et au plaisir du prochain.

  • 1er mai

    Quelques clochettes pour offrir un brin de bonheur.

  • Quelques nouvelles d’Annick ?

    Se dorer au soleil, faire la crêpe devant la télé… Très peu pour elle, elle n’est pas faite pour ça ! Il fallait donc bien qu’elle s’occupe un peu après les divers ouvrages qui l’ont accaparée jusqu’à Noël.

    Quelques images pour vous donner une idée de ce qu’elle fait de ses journées.

    Sur un (superbe) dessin de Marianne, une pochette.

    Fil turquoise très collé à la couleur de la soie, les points sont de piqûre, de tige ou d’œil (peut-être d’œillet, la photo n’est pas très précise).

    Pas mal non plus les finitions. Travailler de la soie est toujours délicat et les erreurs pardonnent rarement. Annick, comme toujours, s’en sort avec les honneurs.

    Encore merci de ce nouveau partage et (re)félicitations tant à la créatrice du modèle qu’à “l’ouvrière” qui ont œuvré pour obtenir ce bel ouvrage.

  • Parlons Salons

    Celui de Nantes, qui a été une belle occasion de nous retrouver, vient de fermer ses portes.

    Le prochain ne sera pas des moindres puisqu’il s’agit du
    5ème Salon National du Boutis
    que notre association organise, comme tous les deux ans (quand tout va bien…) à Caissargues.

    Vous y retrouverez nos fidèles partenaires, ceux qui nous accompagnent depuis longtemps et que nous avons le plaisir d’accueillir de nouveau.

    Nanou, l’incollable du boutis et autres créations, vous proposera tout ce dont vous avez besoin. Et même davantage !

    Dans un mois tout pile, nous serons au rendez-vous. Le temps de laisser reposer un peu et de recharger vos cartes bleues et vous voilà repartis pour de nouvelles aventures boutisseuses !

    Qu’on se le dise !

    Toute l’équipe France Boutis a hâte de vous y retrouver !

  • Une exposition démarre

    Ce n’est pas parce que cette exposition est visible jusqu’au mois d’octobre qu’il ne faut pas s’y précipiter : on laisse filer le temps, il finit par nous rattraper et la date est passée.

    Dans ce lieu historique, le Château-Musée des Coiffes et des Traditions reçoit “Le piqué et le boutis au fil du temps”. Pari audacieux, mais probablement victorieux, dans une région, Les pays de Loire, dont le piqué et boutis ne sont pas originaires.

    Le boutis y sera excellement représenté par Monique Guillard dont nous avons déjà publié quelques œuvres et dont la réputation de passionnée n’est plus à démontrer.

    Bonne visite, donc, à tous ceux qui pourront passer quelques heures dans ce bel endroit.

  • Boutis 1ers

    Non, pas d’erreur dans le titre. Ils sont bien plusieurs les Boutis 1ers de Micheline.

    Une adepte des canaux ?
    Comme souvent, ces longues lignes parallèles rassurent les débutantes. Pourtant, il n’est pas si simple d’obtenir un bon résultat. En effet, autant les petites irrégularités du point peuvent se perdre dans les courbes et les sinuosité, autant elles sautent aux yeux dans les canaux.

    Celui-ci a probablement souffert d’un travers, également commun à bien des débutantes. Il a été un peu trop tiré, notamment au moment de la mise en relief de la bordure, si bien que la batiste s’est légèrement déformée et qu’elle godaille un peu sur les bords.

    Pour ce deuxième, le défaut est déjà en grande partie corrigé. En revanche, il paraît extrêmement méché. Même si la mise en relief est assez régulière, elle aurait gagné un peu en légèreté en étant un peu moins épaisse.

    Quant à ce dernier (des premiers), il nous permet de remarquer quelques “bouffigues” dans les tiges du bouquet. Peut-être les deux épaisseurs du tissu n’ont elles pas été bien solidarisées par la piqûre, il s’est donc créé un espace dans lequel le coton de la mise en relief s’est glissé sans vergogne. Là aussi, un excès de mise en relief peut avoir entraîné ce “défaut”.

    Vous connaissez Micheline et vous savez combien elle a évolué depuis. Pour mémoire

    Merci beaucoup Micheline, pour ces ouvrages qui nous ont permis de repérer quelques difficultés souvent rencontrées par les débutantes.
    On n’en finit jamais d’apprendre !

  • Bonnes fêtes de Pâques

    Toute l’équipe France Boutis a le plaisir de vous offrir quelques images que les moins de vingt ans…

  • Pour l’amour du fil

    Ce salon, réputé pour attirer bon nombre d’amateurs des arts textiles et du DIY, ouvrira ses portes dès le 20 avril. Et comme à chaque édition, depuis longtemps maintenant, notre association sera présente.

    Vous pourrez vous initier ou vous perfectionner à l’art du boutis en suivant le lien ci-dessous qui vous amènera directement à la page “Réservation” de nos ateliers.

    Attention, les demandes sont nombreuses et les places deviennent rares !

    Que vous soyez débutant ou en perfectionnement, vous bénéficierez de l’accompagnement d’une de nos formatrices pendant 3 grandes heures. De plus, conseils, astuces et autres expériences vous seront prodigués sans réserve, le nombre de vos questions n’est pas limité et vous pourrez faire connaissance avec notre association et sa revue Le Fil Blanc, lien des boutisseuses et des boutisseurs dont le n° 58 vient de sortir.

    Que celles d’entre vous qui participeront à ce stage n’hésitent pas à nous faire parvenir des photos de leur galop d’essai, nous aurons plaisir à les partager.

    Bon salon à toutes celles et ceux qui pourront y participer !

  • Boutis 1er

    Aline, qui n’a commencé le boutis qu’en 2020, nous gratifie de triplés. Il faut dire qu’elle les a réalisé l’un à la suite de l’autre, ou plutôt l’un chevauchant l’autre parce qu’elle a toujours peur de manquer d’ouvrage. Alors, elle prévoit, réfléchit, anticipe.
    Ci-dessous, pour le plaisir le centre de son Boutis 1er numéro 3.

    Pour bien comprendre le cheminement d’Aline, il faut savoir qu’elle vient du point de croix et que, en voyant travailler les boutisseuses autour d’elle, elle jurait bien qu’elle ne ferait jamais de boutis. Et puis voilà, elle est tombée dans la marmite et on ne l’arrête plus…

    Boutis 1er, le vrai !

    Des arlésiennes dont l’exécution, pour un galop d’essai, ne manque pas d’ambition. Comme le reconnaît elle-même Aline, la mise sous verre ne sied pas toujours au boutis, surtout lorsque le motif demande une mise en relief relativement importante. En plus, du petit point et de la mise en relief, elle aura appris cela aussi et nous aussi. Une preuve de plus qu’on apprend de ses erreurs ! Et Aline apprend vite !

    Ci-dessus, son Boutis 1er numéro 2. Un très traditionnel petasson qui est, reste et demeurera la meilleure façon de faire son apprentissage. Ni trop grand, ni trop petit, il permet de s’essayer tant aux courbes qu’aux lignes droites et à la mise en relief avec ou sans lasso. Il faut dire que les tuyaux sont une école de patience et de régularité sans pareil.

    Et enfin, son Boutis 1er numéro 3, déjà suivi par un ouvrage en cours et un autre “en commande”. On le l’arrête plus…

    Elle a choisi, pour ce coussin, un modèle très épuré, très élégant dont la réalisation s’est très sensiblement améliorée.

    Que seront donc les deux prochains boutis qui, s’ils ne méritent plus le nom de Boutis 1er, nous intéresserons néanmoins.

    Merci et à bientôt Aline.

  • Anyvonne, ça vous parle ?

    Et même, ça vous parle de ceci qui ne date que du 4 février…

    Il n’y a pas si longtemps, n’est-ce-pas ? Avec cet ouvrage là, on la croyait occupée pour, disons… un certain temps…

    Que nenni ! Ce serait bien mal la connaître. Voyez (ou plutôt, admirez !) où elle en est.

    Ce qui revient à dire que non seulement l’ouvrage est terminé…

    mais que, de plus, il est posé et opérationnel dans sa salle de bain !

    Et pour ne rien vous cacher, il y a déjà quelques jours que ces photos nous sont arrivées. Donc, si nous calculons tout bien comme il faut, il a fallu moins d’un mois à Anyvonne pour tracer, bâtir, piquer et mettre en relief ce rideau.

    Elle vise peut-être le livre des records ?
    Auquel cas, nous ne manquerons pas de lui apporter notre bienveillant soutien !

    Félicitations et remerciements admiratifs à Anyvonne.

  • Expo aux JEMA

    Il y a quelques jours, nous vous annoncions la participation de France Boutis aux Journées Européennes des Métiers d’Art à Uzès, sur la gentille invitation des Boutisseuses de la Capitelle qui se poussent un peu pour nous faire une place dans une salle somptueuse.

    Quelques images pour vous donner envie d’y faire un petit tour si vous habitez dans le coin.

    Toute exposition commence d’abord par des paquets, des paquets et des paquets…

    Heureusement, il n’y a pas que ça, et il y a, notamment, un accueil chaleureux par les officiels dans la cour de la mairie. Dommage qu’il fasse si froid !

    Maintenant, la salle en cours de montage. La réputation de ces dames de la Capitelle n’étant plus à faire, voilà qui nous promet une fort belle exposition.

    Admirez la salle qui accueille le boutis ! Il mérite bien ça !

    Si d’autres photos nous arrivaient de nos envoyés spéciaux, nous ne manquerons pas de vous les faire parvenir.

  • Boutis 1er

    Bien sûr, vous vous souvenez de la magnifique rosace qu’Elizabeth Janzen a offerte à France Boutis.
    Bref rappel.

    Mais Elizabeth, elle aussi, a fait ses débuts en boutis.

    C’était, nous dit-elle, en 2011, alors qu’elle participait au salon “Pour l’amour du fil” à Nantes, qu’elle a eu l’opportunité et le privilège d’assister à un cours donner par Hubert Valeri.

    Une fois rentrée dans son lointain Canada, elle a consacré beaucoup de temps à acquérir la technique, notamment celle des deux dés que préconise Hubert Valeri. A force de patience, celle-ci a fini pour lui devenir confortable.

    Elle a ensuite encadré cette pièce sur un coton Yukata japonais dont les teintes contrastes particulièrement avec le blanc du boutis.

    Pour un coup d’essai, voilà un coup de maître !

    Merci beaucoup Elizabeth, de porter la bonne parole du boutis jusqu’à nos cousins de l’autre côté de l’Atlantique.

  • Guettez le facteur !

    Il arrive ou ne tardera pas à arriver avec le numéro 57 de votre revue Le Fil Blanc.

    Vous y trouverez un magnifique patron central “Les petites fleurs de Marie-Jo” qu’elle a bien voulu nous offrir (vous en trouverez l’histoire) , un défi (vous y découvrirez une créatrice), bien entendu un portrait (surprise !)…

    Pour vous aider à patienter avant de le trouver dans votre boîte aux lettres, voici un léger avant-goût.

    Ici, une suggestion d’appropriation du nouveau défi par la créatrice des dessins.

    Encore une gourmandise pour patienter, le reste vous parviendra sous peu.

    Et tant d’autres jolies choses et intéressants sujets à lire tranquillement en attendant le printemps…

  • Boutis 1er

    Voici un Boutis 1er qui nous arrive de loin puisqu’il nous est proposé par Céline, une de nous adhérentes canadiennes. En 2016 elle fait un stage avec Hubert Valeri au Québec puis laisse reposer le boutis pendant quelques années avant de créer des cours et des dessins qu’elle transmet aux membres du groupe qu’elle fréquente.

    Sauf erreur, il s’agit ici d’un ouvrage inspiré d’un modèle de Louise Darveau.

    Une toute simple pochette (20 x 13 cm) par sa forme mais dont la variété des points fait la valeur : point avant, point de piqûre, point de tige. point de Vauvert. La bordure est festonnée et quelques perles ont été ajoutées au cœur de la fleur centrale.

    Nous apercevons également des tuyaux en chevrons et un dos particulièrement soigné, ce qui fait souvent défaut à nos pochettes. Les motifs sont piqués en couleur contrastée et la mise en relief est faite dans le même ton.
    Elégant !

    Bien qu’elle ne doive probablement plus apprendre grand chose en termes de broderie et de boutis, Céline nous dit apprécier tout particulièrement notre ABT dont elle se sert régulièrement, notamment auprès d’un auditoire de passionnées.

    Merci beaucoup Céline pour ces jolies photos arrivées de si loin et qui nous disent combien le boutis est universel !
    Au plaisir d’un prochain échange.

  • JEMA ou Journées Européennes des Métiers d’Art

     Les boutisseuses de la Capitelle (association uzétienne) seront présentes à Uzès du 1er au 3 avril, de 10h à 19h. Elles ont eu la gentillesse d’inviter France Boutis, si bien que nous pourrons nous retrouver autour des merveilles de la Capitelle, parmi bien d’autres.

    Kumiko Nakayama exposera également son talent et ses ouvrages. Vous pourrez, abonnées éloignées, la retrouver à Saint Ouen sur Seine de 11h à 19h.

    Passez de belles journées récréatives et inspirantes pour vos prochains ouvrages dont vous ne manquerez pas de nous faire parvenir les photos !